Bien géré le bluff au poker

Tous les joueurs de poker, du débutant au joueur confirmé, doivent impérativement maîtriser le bluff !! Savoir bluffer au bon moment est certainement la seule façon de jouer sans se ruiner et sans aucun doute l’unique façon de gagner de belles mains au poker sans compter sur les cartes . Bref, sans une part de bluff, la victoire au poker est pratiquement impossible !!! On en parle peu, bien qu’il ne soit pas aussi souvent utilisé qu’il ne le devrait.

Pourquoi bluffer au poker ?
Nous sommes d’accord, s’il fallait exclure le bluff du poker cela reviendrait aen faire un jeu de bataille ou de belote : Si vous ne tentez aucun bluff sur une table, premièrement vous devenez prévisible et ne serez pas capable d’enlever de gros pots, et voire même ne pouvoir gagner une partie ou un tournoi.

Et surtout le bluff au poker peut vous sortir de mauvaises passes quand le jeu ne vient pas ou que les blinds : (mises de jetons) deviennent trop élevés pour ce qu’il vous reste de jetons (surtout sur les tournois).

Quand bluffer ?
Cela ne ce fait pas sur un coup de tête mais bien au contraire, le coup doit être préparé dès que vous savez que vous ne pouvez plus gagner le pot ou que vous essayer de le voler avant que toutes les cartes aient été distribuées.

Il est préférable de faire le calcul afin de savoir si un bluff sera rentable ou non. Pour ce faire, vous devez mesurer les chances que vous avez de faire un bluff laborieux par rapport au montant du pari et de celui du pot.

Donc, une des compétences les plus importantes est celle d’être capable de déterminer les probabilités de vos adversaires et surtout leurs compétences de joueur.

En effet, un bluff qui marche contre un débutant ne fonctionnera pas forcément contre un expert, et surtout il faut prendre en considération les blinds versés au pot par vos adversaires, car s’ils sont trop importants par rapport a leurs tapis, vous avez toutes les chances pour qu’ils payent afin de voir la dernière carte du tirage.

Quelques facteurs qui doivent être pris en considération quand vous décidez de bluffer :

    1. Niveau des masses de l’adversaire
    2. Nombre de joueurs sur le pot
    3. L’image qui émane des joueurs de votre table
    4. Votre façon de jouer le coup précédent
    5. Votre capital jeton
    6. Le montant du pot
    7. Votre position par rapport a l’ouvreur

1. Les masses
Ne bluffez surtout pas un adversaire faible qui est appelé a payer de par son faible tapis (et aqui on fait référence en employant le terme de « calling stations »). Ceci est l’erreur la plus courante pour un bluff raté. Faites en sorte de vous assurer que vos adversaires jouent assez bien pour savoir plier une main.

2. Nombre de joueurs
En règle générale, on ne bluffe pas un champ de plus de trois joueurs, et encore moins au Poker Limit .
Un bluff a plus de chance de réussite contre un seul ou deux adversaires.
Pas uniquement parce qu’ils sont peu nombreux mais plutôt parce que le pot est plus petit, ce qui le rend moins intéressant.

3. L’image qui émane des joueurs de votre table
Un bluff n’a que peu de chance de réussir si l’image qui émane des joueurs est celle de joueurs distants et qui donnent l’impression de ne pas être concentrés ou peu mordants, ou au contraire d’une table de joueurs où chaque coup est serré et où personne ne lâche rien .

Si vous avez été contré dernièrement sur un bluff, vos adversaires seront plus tentés de vous payer dans le futur, a l’occasion cela pourra vous être bénéfique sur des coups non bluffés.

Par exemple, si un joueur vous prend la main dans le sac, il peut penser que vous bluffez une seconde fois et vous payez sur un coup gagnant.

4. Vos talents de joueur
Si a force de parties jouées, vous lisez bien le jeu et êtes capable de déterminer vos adversaires par rapport a leurs possessions probables de cartes (par exemple : Les coups où ils ne s’engagent jamais sans de très grosses cartes), vous serez capable alors d’identifier les bonnes opportunités de bluff.
Ceci est sûrement la compétence la plus dure à acquérir et sûrement la plus importante à savoir maîtriser.

5. Votre tapis (votre capital jeton)
Plus votre capital sera élevé par rapport à vos adversaires, moins ils seront amenés à vous contrer.
En effet, il est très rare de voir un bon joueur risquer son capital sur un coup de bluff à par bien sûr les très mauvais joueurs.

Dans le même cas, si votre tapis est faible, ils seront toujours tentés de vous mettre tapis, de plus cela ne leur coûterait pas bien cher.

Ne bluffez pas des tableaux avec beaucoup de possibilités de tirages ou cartes qui auront toutes les chances d’améliorer la main de vos adversaires.

6. Le montant du pot
Vos adversaires seront plus enclins a vous contrer si le montant du pot est important parce que cela leur donne plus de chance vis-a-vis de la partie.
D’un autre côté, si vous effectuez un bluff avec succès dans un pot important, la récompense n’en sera que plus grande.
C’est dans ces coups la qu’une bonne appréciation des mains potentielles de vos adversaires rentre en compte.

7. Votre position
Si vous êtes le dernier a parler, vous aurez accès a plus d’informations que vos adversaires concernant les mains des joueurs et de ce fait, serez en meilleure position pour bluffer.

Attention tout de même au sous-marin qui ne parle jamais, même avec les meilleures mains (certains joueurs sont spécialistes des contres).
Pour cette raison un bluff doit être fait impérativement avec une bonne connaissance des joueurs de la table.

K poker le meilleur des sites de poker sans inscription

logo k-poker