Le Stud poker à 7 cartes

Le stud à 7 cartes est le poker le plus populaire de la famille des studs. On dit qu’il serait apparu pendant la guerre de Sécession (1861-1865). Il existe aussi des variantes à cinq et six cartes mais elles ne sont pas aussi répandues.

Avec trois cartes cachées et quatre autres visibles pour chaque joueur en fin de coup, le stud à 7 cartes combine à la fois les surprises du poker fermé et les repères visuels dus au poker ouvert qui donnent l’information minimale aux adversaires.

 

Le Stud à sept cartes est une variante de Stud poker pour De 2 à 8 joueurs

Dans cette variante vous devez composer la meilleure combinaison possible de 5 cartes en utilisant 7 cartes dont 4 sont à la vue de tous et 3 sont gardées secrètes.

C’est un jeu qui peut paraître facile mais qui se révèle complexe avec des pots très importants du fait des 5 tours d’enchères.

Le Stud à 7 cartes demande de la patience et une prise de décision opportune, mieux vaut parfois se coucher que de se trouver embarqué dans une coûteuse galère…

Contrairement aux jeux précédents les cartes découvertes ne sont pas communes aux joueurs. Elles ne sont pas non plus placées au centre de la table. Chaque joueur a devant lui ses cartes.

Déroulement du jeu

Le donneur distribue 3 cartes : deux fermées (que seul le joueur voit) et une carte ouverte (visible par tous les joueurs) à chacun des joueurs (third street).
Un premier tour d’enchères a lieu en commençant par le joueur présentant la plus forte carte. Chacun des joueurs a la possibilité de se retirer, de suivre ou de relancer à chacun des tours de mise.
Une quatrième carte (fourth street) est distribuée, découverte à chacun des joueurs (c’est donc la seconde carte ouverte).
Là encore la parole est à la main la plus forte.
Une cinquième carte (fifth street) puis une sixième carte ouvertes sont alors distribuées suivies chacune par un tour d’enchères.
La septième et dernière carte (the river) est distribuée fermée ; le jeu de chaque joueur se compose alors de 7 cartes : 4 ouvertes et 3 fermées.
La parole est à la main la plus forte qui ouvre les enchères. C’est la plus forte combinaison qui l’emporte.

Conseils de jeu

Il est bon de parier avec une grosse paire. Méfiez- vous cependant d’un joueur qui ferait des grosses relances.
La cinquième carte décide souvent de l’orientation du jeu.
Évaluez les chances que vous avez d’obtenir un bon jeu. Vous pourrez ainsi limiter les dégâts.
Il est judicieux d’abandonner si les cartes exposées chez un adversaire lui offrent de bien meilleures possibilités que celles que vous pouvez espérer ou contrarient vos chances de combinaisons.

Sachez abandonner, patience, vous aurez de meilleures occasions.

Différents coups

Le coup de stud à 7 cartes compte cinq tours d’enchères successifs à quatre pour le Texas hold’em et l’Omaha. Cela génère des pots plus qi rondelets ! Pour être un joueur gagnant, il faut plus que jamais avoir u esprit alerte et savoir dissimuler.

Mais ce n’est pas tout : comme les c des joueurs qui ont quitté le coup sont retirées de la table au fur et à i il est utile de les mémoriser pour la suite du coup car ce sont autant d cartes qui n’apparaîtront plus dans le coup.

Grâce à elles, le joueur de peut évaluer avec une plus grande justesse les probabilités qu’il a d’améliorer sa main et les cotes des mains adverses.

En stud à 7 cartes, presque toutes les combinaisons sont possibles, contrairement au Texas hold’em où les deux cartes détenues en propi le joueur limitent considérablement les possibilités d’amélioration.

En 7 cartes, même avec quatre cartes quelconques visibles, le joueur pei un full ou un carré grâce à ses trois cartes cachées. Une couleur, voire quinte flush, est possible dès lors que l’affichage du joueur (ses quatr cartes visibles) contient deux cartes assorties.

Avec des possibilités qui apparaissent nombreuses à ce point, le stud 7 cartes est un peu comme un puzzle.

On doit combiner à la fois la connaissance des cartes exposées et celle des cartes jetées précédern par les adversaires pour discerner la probabilité que l’adversaire pos; telle ou telle main.

Comme le stud à 7 cartes se joue en cinq tours d’enchères successifs de quatre, disputer un pot peut devenir dispendieux, surtout si vous possédez une main puissante, mais « seconde », c’est-à-dire un cran ei dessous de celle de l’adversaire.

Le stud à 7 cartes requiert de la patience. Comme on vous donne trois d’entrée de jeu – une ouverte et deux fermées.

Il est important que trois cartes puissent s’articuler entre elles pour asseoir un bon poten N’hésitons pas à affirmer que la décision la plus importante à prendre stud à 7 cartes consiste à entrer ou ne pas entrer dans lecoup.

L’autre décision importante du stud à 7 cartes intervient au moment abordez le troisième tour d’enchères : à cet instant, vous possédez dé cartes, donc de quoi former une combinaison complète.

Dans un jeu fixes (le stud à 7 cartes est majoritairement joué en limites fixes), par exemple 6-12 euros, le troisième tour d’enchères est le moment où les s’incrémentent doublement, c’est-à-dire où elles augmentent de 12 en alors qu’elles s’incrémentaient de 6 en 6 lors des deux premiers tours d’enchères.

C’est pourquoi il est crucial de savoir à ce moment-là ce que vous allez faire, car votre décision aura alors un poids double sur le résultat financier du coup.

On peut même dire que , si vous suivez les enchères du troisième tour, vous achetez un ticket pour la fin du coup.