Les règles du Razz poker

Le Razz est une autre variante du Stud à Sept Cartes, qui est toutefois moins pratiquée que ce dernier. Le Razz est un jeu simple et amusant à jouer, mais qui devient ardu à un niveau plus élevé (comme toutes les autres formes du poker d’ailleurs). Certains professionnels de poker se réfèrent au Razz comme étant le « jeu détesté du poker » parce qu’il peut devenir vraiment frustrant.

Les antes et la structure du Razz sont exactement les mêmes qu’au stud à 7 cartes, à l’exception près qu’il est joué dans le but de posséder la main la moins forte possible au lieu de la meilleure qui soit. Les quintes et les couleurs sont ignorées, alors la meilleure main possible devient donc As, Deux, Trois, Quatre et Cinq. Il y a cinq tours d’enchères au Razz.

Comment Jouer au Razz ?

Le Razz peut se jouer avec deux participants ou plus, jusqu’à un maximum de huit par table. Chaque joueur place son ante, et reçoit pour commencer deux cartes fermées, et une ouverte. Par la suite, commence un nouveau tour d’enchères, débuté par une autre mise forcée, appelée le « bring-in », et qui doit être payé par la personne ayant la carte ouverte la plus haute. Quand deux joueurs ou plus ont la même carte, le joueur à la gauche du bouton devra payer le « bring-in ». Le tour d’enchères commence alors dans le sens des aiguilles d’une montre, autour de la table, avec chaque joueur actif, se couchant, suivant la mise ou relançant.

En limit, le « bring-in » est égal à la plus basse des deux limites de mises, et chaque mise subséquente ou relance doit être égale à la plus basse des limites. Par exemple dans une partie de 5$/10$, le « bring-in » et les mises subséquentes se font par tranches de 5$. Les deux premiers tours d’enchères sont à la plus basse des deux limites et les trois tours suivants sont égaux à la plus haute.

Après que toutes les mises aient été terminées lors du premier tour, chaque joueur restant dans la main reçoit une nouvelle carte ouverte et le joueur présentant la moins bonne main ouverte (soit la combinaison de ses deux cartes ouvertes) parle en premier. La plus basse main ouverte serait donc As, Deux, suivi d’As, Trois, etc. Le premier à agir peut donc soit passer ou miser, et l’action se poursuit autour de la table dans le sens des aiguilles d’une montre. Ce tour est fréquemment nommé fourth street.

Une autre carte ouverte est remise à tous les joueurs restants dans la main, et le tour d’enchères commence exactement de la même façon que le précédent. Le joueur qui a la main ouverte la plus faible commence l’action, et on double la valeur des mises. Ce tour est régulièrement appelé la fifth street.

À ce moment, les personnes présentes dans la main reçoivent une dernière carte ouverte et le tour se déroule de la même façon que le précédent. On appelle ce tour la sixth street.

La dernière carte à être distribuée dans la main est reçue fermée par chaque joueur, et le tour final se déroule identiquement aux deux précédents. Si tous les joueurs qui étaient dans la main au départ y sont toujours au moment de ce tour, il ne restera alors pas assez de cartes dans le paquet pour que tous reçoivent leur propre carte fermée. Donc la dernière carte sera commune et ouverte, au lieu d’être remise, fermée, à chacun des joueurs. Un peu comme une carte commune dans le Texas Hold’em. Ce dernier tour s’appelle la seventh street.

Après le dernier tour d’enchères, les joueurs restants se montrent leur main afin de déterminer qui a la combinaison de cinq cartes la plus basse. La façon la plus facile de déterminer la main la plus basse est de lire la main comme on lit un nombre, en ordre décroissant, le nombre le plus bas étant le gagnant.

As, Deux, Quatre, Cinq, Huit = 85,421
Deux, Trois, Quatre, Cinq, Sept = 75,432

Dans les exemples précédents, la seconde main est plus basse que la première. Dans le cas où tous les participants restants ont une paire comme main la plus basse, c’est la paire la plus basse qui remporte.

[Total : 1   Moyenne : 5/5]

Laisser un commentaire

Partage(s)